Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Parenthèse grand-mère : faites votre choucroute

Un sombre trafic de chou se déroulait ce soir dans les bas-fonds de la distribution. Refilé de main en mains, une damnatio memoriae semble l’attendre dans nos placards.

Pourquoi ne pas donc changer du tout au tout et retourner à des méthodes ancestrales de conservation ? C’est très facile, et sans danger, ne vous inquiétez pas ; même si la fermentation implique des bactéries, vous n’allez pas faire pousser un monstre dans votre maison, bien au contraire. Si vous préférez le manger plus normalement, je vous renvoie à ces recettes d’Okonomiyaki et de Coleslaw antérieures qui sont aussi très bonnes.

Ne fermentez pas trop longtemps votre réflexion cependant (en gros, faites ma recette NOW) ; un chou fermenté est meilleur lorsqu’il est frais lors de sa mise en pot.

Pour une version tip-top, vous aurez besoin de baies de genévrier et de graines de cumin ; même si ça fonctionnera aussi sans, ou avec du poivre ou d’autres condiments ! Une autre version, coréenne, le Kimchi, existe au piment ici, par une autre amapienne.

Mode d’emploi :

  1. Armez vous du plus grand récipient que vous ayez. lavez votre chou.
  2. Retirez trognon et premières feuilles et GARDEZ LES.
  3. émincez le très fin.
  4. La bête pèse 1kg (je viens de vérifier). Versez la dans le saladier, et ajoutez 10g de sel.
  5. Assaisonnez avec une cuillère de graines de cumin et trois de baies de génevrier. Malaxez à pleine mains. Le chou doit émettre du jus.
  6. Dans un large pot propre, Tassez le chou jusqu’aux trois quarts, en appuyant bien. Vérifiez bien que le chou nage dans du jus ; si ce n’est pas le cas, vous pouvez rajouter un peu d’eau jusqu’à ce qu’il soit presque recouvert.
  7. Ajoutez les feuilles propres et le trognon et refermez bien le couvercle. Le contenu doit être bien maintenu sous l’eau grâce à ce trognon, qui exerce une pression, afin de pouvoir se développer.
  8. Entreposez le de deux à trois semaines dans un endroit chaud afin de démarrer la fermentation. Pensez à entourer votre bocal de sopalin ou a le mettre dans un récipient ; la fermentation a des effets parfois assez exubérants (c’est du vécu)
  9. Lorsque le chou est prêt, ça se voit : il émet de petites bulles, et parfois, on peut même l’entendre chanter (si si, je vous jure)
  10. Ce chou se conserve très longtemps ; pensez cependant à l’entreposer au frigo après ouverture.
Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :